Samedi 29 novembre 6 29 /11 /Nov 14:23

  L'article : "IMOC - Infirmité Motrice d'Origine Cérébrale" est si souvent consulté que je me décide à recopier l'article entier trouvé et toujours trouvable sur Internet de l'Encyclopédie Médicale de Doctissimo d'où j'ai tiré ces informations dans ce blog, avec quelques notes explicatives à propos du vocabulaire. J'avais essayé de le copier-coller, mais, comme je n'ai pas pu sélectionner, cela faisait un article trop long et il a été purement et simplement supprimé par over-blog.

Attention :  je vais surligner en vert ce qui concerne le cas de Juline, puisque ce blog lui est consacré. Du moins, ce que nous avons noté à l'époque en tant que parents, ce qui ne veut pas dire que nous ayons tout repéré et surtout compris. Mais cela ne signifie pas que ces informations surlignées soient plus importantes de façon générale ni pour tel ou tel lecteur en particulier.

  Note du dimanche suivant : J'ai essayé d'écrire en vert comme pour l'article suivant au lieu de surligner. C'est moins lourd et plus agréable à l'oeil. Mais je ne parviens pas à comprendre comment on défait couleur ou surlignage.
  Note du vendredi 5/12/08 : la partie effacé sur le blog a été recopiée en fin d'article, en attendant que j'ai le temps de supprimer ces espaces vérolés et de tout retaper. 

 

 

ENCYCLOPEDIE MEDICALE

 

Infirmité motrice d'origine cérébrale (I.M.O.C.) - La souffrance cérébrale néonatale

[?] Qu'est-ce que c'est ?

  Les infirmités motrices cérébrales (IMC) représentent des états pathologiques, non évolutifs, caractérisés par des paralysies, une incoordination des mouvements et d'autres troubles moteurs. Il n'y a pas de troubles de la personnalité.

  L'infirmité motrice d'origine cérébrale (IMOC) comporte des troubles sensoriels (visuels, auditifs) et l'atteinte des fonctions supérieures (langage, spatialisation, gnosie1).

  La fréquence moyenne est de 2 à 4 I.M.C. pour 1000 naissances vivantes.La prématurité et la souffrance cérébrale néonatale sont les principales causes d'IMC.

  On désigne sous le terme de souffrance cérébrale néonatale, les lésions neurologiques de la période néonatale, sous tendues par un mécanisme de souffrance foetale aiguë. Les malformations, les atteintes neurologiques de causes infectieuses ou métaboliques2 sont exclues de ce cadre. La souffrance cérébrale néonatale est observée chez le nouveau-né chaque fois que les cellules cérébrales sont privées d'oxygène : c'est l'anoxie néonatale.

 

[?] Causes et facteurs de risques

  Les accouchements difficiles sont aujourd'hui rarement responsables de cette pathologie grâce au recours codifié à la césarienne.

  Le rôle du traumatisme obstétrical a été mis en évidence en 1828 par Little. Ce médecin a donné son nom au "syndrome de Little" qui est caractérisé par une paraplégie3 spasmodique apparaissant dès les premiers mois de la vie chez des enfants venus au monde après un accouchement difficile en état d'asphyxie. Ce syndrome entre dans le cadre général des encéphalopathies infantiles.

  La souffrance foetale aiguë peut également résulter d'une anoxie intra-utérine provoquée par une anomalie du placenta ou du cordon, une grossesse prolongée, une hypotension artérielle, une insuffisance respiratoire chronique, un diabère, etc.

  La prématurité, la dysmaturité4, les grossesses gemellaires etc... sont des facteurs favorisants.

  L'anoxie cérébrale peut également se constituer après la naissance lors d'un hémorragie cérébro-méningée, d'un collapsus5 cardiovasculaire, d'une malformation cardiaque ou pulmonaire, mort subite inexpliquée du nourrisson récupérée, état de mal convulsif, arrêt cardiaque, encéphalite etc., toutes circonstances qui entraînent la baisse ou l'arrêt prolongé de la vascularisation6 du cerveau.

 

[?] Les signes de la maladie

  Les troubles moteurs élémentaires sont liés aux lésions cérébrales qui perturbent les ajustements précis entre muscles agonistes7, antagonistes et synergiques8. Chez l'enfant normal, ces ajustements inconscients règlent la posture et le mouvement volontaire.

  Les symptômes sont nombreux chez le nouveau-né.

  Les troubles de la conscience sont constants depuis la somnolence jusqu'au coma profond. Les réflexes archaïques sont abolis ou incomplet. Les troubles du tonus comportent une hypotonie9 globale avec aréactivité10 entrecoupée d'accès d'hypertonie trémulante11.

  Une hyperexcitabilité neuromusculaire, un cri aigu "neurologique", des convulsions, des paralysies, des troubles de la succion et de la déglutition, des mouvements anormaux des globes oculaires et de mâchonnement automatique complètent le tableau neurologique. Une instabilité thermique, des troubles du rythme cardiaque, des apnées avec cyanose12, des crises vasomotrices13 achèvent de caractériser l'état de souffrance cérébrale néonatale.

  Parmi les examenx complémentaires utiles, l'électroencéphalogramme a surtout un intérêt  pronostique. La tomodensitométrie cérébrale (scanner) permet d'apprécier les dégâts anatomiques lorsqu'ils sont visibles.

  Saint-Anne Dargassies14 distingue trois périodes où le diagnostic d'abord soupçonné, se confirme puis devient évident.

- A la période d'alarme (0 à 3 mois), les signes de suspicion sont l'irritabilité15 avec trémulations16 spontanées ou provoquées, l'excitabilité17 avec sursaut et secousses, un tonus actif intense, un défaut de la statique de la tête, une mauvaise synergie tête-yeux avec l'absence de poursuite oculaire, un retard d'apparition des jeux de mains, un strabisme persistant, des troubles du sommeil, une hypo-acousie18.

- La période d'orientation 4 à 8 mois) se caractérise par la raideur des membres inférieurs, une hypotonie axiale19, le rejet de la tête en arrière, des anomalies de la préhension absente ou lente, une lenteur psychique.

- La période de certitude débute à 8 mois ; les signes cités sont évidents. L'absence de pince digitale est frappante : le nourrisson est incapable de prendre un objet entre pouce et index. La recherche du signe du "parachute" se solde par un échec : normalement, à cet âge, lorsqu'on plie vers l'avant le tronc du nourrisson, celui-ci écarte les bras devant lui comme pour se protéger. L'absence de ce réflexe, l'apparition des mouvements anormaux confirment le diagnostic.

 

NOTES

1 - gnosie : connaissance du monde construite à partir des expériences sensorielles (Petit Larousse)

2 - métabolisme : ensemble des réactions biochimiques se produisant au sein d'un organisme (Larousse

      Médical)

3 - paraplégie : paralysie des membres inférieurs (PL)

3bis - spasmodique : de spasme, contraction involontaire non rythmée d'un muscle isolé ou d'un groupe de

      muscles (LM)

4 - dysmaturité : de dysmature, se dit d'un nouveau-né dont le poids est sensiblement inférieur à la moyenne (PL)

5 - collapsus : diminution rapide de la pression artérielle (PL)

6 - vascularisation : ensemble des vaisseaux irrigant une région du corps, un organe, un tissu.

      Dans le langage courant, la vascularisation d'un organe est souvent réduite à son irrigation artérielle (LM)

7 - agonistes : se dit d'un muscle qui produit le mouvements considéré (par opposition à antagonistes) (PL)

8 - synergiques : de synergie, association de plusieurs organes pour l'accomplissement d'une fonction (PL)

9 - hypotonie : en neurologie, diminution du tonus musculaire, responsable d'un relâchement des muscles (PL)

10 - aréactivité : diminution de la réactivité des affects (= émotions), ou émoussement affectif  (Web)

11bis - hypertonie musculaire : exagération permanente du tonus musculaire (degré de résistance [au

     changement de position, plus ou moins élastique c'est-à-dire avec un retour à la position ou sans céder à la

     traction exercée- précision perso.] d'un muscle strié au repos, d'origine neurologique (LM)

11 - trémulante : qui est agité de tremblements

12 - cyanose : coloration bleutée de la peau, due à une quantité insuffisante d'oxygène sur l'hémoglobine (PL)

13 - crises vasomotrices : rougeurs, pâleurs, avec parfois cyanoses et/ou douleurs associées d'origines diverses

14 - Saint-Anne Dargassies : Suzanne Saint-Anne Dargassies, née en 1920. Description des étapes de la

     maturation neurologique du nouveau-né. Travaux qui font autorité (Web)

15 - irritabilité : se dit d'un tissu, d'un organe qui s'irrite facilement (PL)

16 - trémulations : tremblements

17- excitabilité : faculté possédée par les cellules musculaires et nerveuses de réagir à une stimulation (LM)

17bis - secousses : mouvement brusque qui agite un corps; ébranlement (PL)

17ter - sursauts : mouvement brusque, occasionné par une sensation subite ou violente (PL)

18 - hypoacousie : diminution partielle de l'acuité auditive; surdité (PL) - Acousie = acuité auditive

19 - hypotonie axiale : diminution par trouble neurologique du tonus musculaire des muscles du tronc (LM et

     Web) . Les nerfs qui commandent les muscles dorsaux sont endommagés et ne fonctionnent pas (jambes et

     orteils raides, tête non ou mal tenue à trois mois, "enfant mou"). Parmi les causes possibles : diminution des

     mouvements foetaux, expulsion prolongée, extraction difficile.

     http://www.swiss-paediatrics.org/paediatrica/vol17/n1/pdf/19-21.pdf

    Extraction difficile : "Le défaut commun des forceps est de tirer le foetus en utilisant la vis a fronte (= la force

    exercée sur le front), au lieu de le pousser, comme le fait la contraction par sa vis a tergo (= force exercée sur le

    dos). Celle-ci laisse la présentation libre de son adaptation au bassin maternel, au lieu que le forceps conduit

    au "dirigisme" et par conséquent parfois au contresens ou à la contrainte. D'où les dangers du forceps et ses

    accidents." (Précis d'obstétrique - Internet)

 

  Si un lecteur a de meilleures définitions, un commentaire pour m'éclairer et éclairer d'éventuels lecteurs serait le bienvenu !

 

  L'article est assez long, et les notes le rallongent encore. La suite et fin de cet article, Evolution de la maladie et Traitements, demain.



Faute de temps, je recopie ici la partie qui a disparue à la publication. Nous sommes vendredi 5 novembre 2008

[?] Causes et facteurs de risques
  Les accouchements difficiles sont aujourd'hui rarement responsables de cette pathologie grâce au recours codifié à la césarienne.
  Le rôle du traumatisme obstétrical  a été mis en évidence en 1828 par Little. ce médecin a donné son nom au "syndrome de Little" qui est caractérisé par une paraplégie3 spasmodique apparaissant dès les premiers mois de la vie chez des enfants venus au monde après un accouchement difficile en état d'asphyxie. Ce syndrome entre dans le cas général des encéphalopathies infantiles.
  La souffrance foetale aiguë peut également résulter d'une anoxie intra-utérine provoquée par une anomalie du placenta ou du cordon, une grossesse prolongée, une hypotension artérielle, une insuffisance respiratoire chronique, un diabète etc.
  La prématurité, la dysmaturité4, les grossesses gémellaires etc... sont des facteurs favorisants.
  L'anoxie cérébrale peut également se constituer après la naissance lors d'une hémorragie cérébro-méningée, d'un collapsus5 cardio-vasculaire, d'une malformation cardiaque ou pulmonaire, mort subite inexpliquée du nourrisson récupérée, état de mal convulsif, arrêt cardiaque, encéphalite etc., toutes circonstances qui entraînent la baisse ou l'arrêt prolongé de la vascularisation6 du cerveau.

[?] Les signes de la maladie
  Les troubles moteurs élémentaires sont liés aux lésions cérébrales qui perturbent les ajustements précis entre muscles agonistes7, antagonistes et synergiques8. Chez l'enfant normal, ces ajustements inconscients règlent la posture et le mouvement volontaire.

Par Mathilde Pommier - Publié dans : Epilepsie et psychoses schizophréniforme - Communauté : Epilepsies et psychoses
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés